Switch Language

 

 

Céphalées de tension: une souffrance sous-estimée

Les céphalées de tension sont un mal récurrent pour une grande partie de la population. En plus de générer une grande souffrance, ces maux de tête ont des conséquences économiques considérables du fait des arrêts de travail qu’ils entrainent – cette maladie est donc souvent sous-estimée. Les céphalées de tension doivent pourtant être aussi prises au sérieux que la migraine ou d’autres types de maux de tête. Comment y remédier? Quelles en sont les causes?

Quelles sont les causes des céphalées de tension?

Jusqu’à 78% des Européens souffrent au moins une fois dans leur vie de maux de tête bilatéraux sourds et oppressants. L’Europe est ainsi le continent où les céphalées de tension sont les plus répandues. Mais à quoi ce phénomène peut-il être dû? Ces maux de tête sont provoqués par une tension musculaire, généralement au niveau de la nuque et des épaules. Toutefois, on ne sait pas encore précisément ce qui finit par engendrer des douleurs. Les experts supposent que la musculature de la tête des personnes touchées est plus sensible à la douleur.
Plusieurs facteurs interagissent, à savoir:

  • stress émotionnel
  • anxiété et agitation intérieure
  • manque de sommeil
  • mauvaises postures
  • sollicitations peu diversifiées des muscles du dos (notamment lorsqu’on reste longtemps assis à un bureau)

Tous ces phénomènes peuvent renforcer les tensions musculaires et faire entrer en jeu les centres cérébraux de la douleur lorsqu’ils deviennent fréquents. Associé à une sensibilité accrue à la douleur , cela perturbe le traitement de la douleur par l’organisme: les informations sur l’état de tension des muscles ne sont plus traitées en arrière-plan, mais perçues comme des stimuli douloureux.

Homme souffrant de céphalées de tension
  • Symptômes

Maux de tête d’intensité légère à modérée

  • Traitement

Antalgiques délivrés sans ordonnance comme Aspirine® S, sport d’endurance, techniques de relaxation, massages

  • Causes

Stress émotionnel, manque de sommeil, mauvaise posture

Symptômes des céphalées de tension

Les maux de tête liés à des tensions s’expriment généralement par des troubles caractéristiques. Une crise aiguë de céphalées de tension peut durer de 30 minutes à quelques jours. Lorsqu’il s’agit de décrire ces maux de tête d’intensité légère à modérée, de nombreuses personnes touchées évoquent la forte sensation d’avoir la tête comprimée de l’extérieur, comme prise dans un étau. Les céphalées de tension débutent souvent dans la nuque, puis remontent dans le crâne, touchant généralement les deux côtés de la tête.

Les céphalées de tension peuvent à première vue sembler difficiles à distinguer de la migraine – mais la situation s’éclaircit rapidement au vu de certains paramètres.

 

Céphalées de tension 

Migraine 

  • Bilatérales 
  •  Généralement unilatérale
  • Douleur lancinante ou oppressante 
  • Douleur pulsative
  • Douleur d’intensité légère à modérée
  • Douleur généralement forte
  • Une activité physique reste possible et peut même améliorer les troubles
  • Une activité physique est quasiment impossible et peut aggraver les troubles.
  • Parfois, quelques troubles concomitants comme une sensibilité au bruit ou à la lumière, mais pas de nausées ni de vomissements
  • Troubles concomitants tels que nausées, vomissements, sensibilité au bruit et à la lumière, troubles de la vision, troubles de la parole ou déficits moteurs

 

Si les symptômes correspondent effectivement à des céphalées de tension, une autre distinction doit être faite: en présence de céphalées de tension pendant 14 jours par mois au maximum, on parle de céphalées de tension épisodiques. C’est de loin la forme la plus fréquente. Si, en revanche, les maux de tête surviennent au moins 15 jours par mois pendant au moins trois mois consécutifs (c’est-à-dire au moins 180 jours dans l’année), il s’agit de céphalées de tension chroniques. Dans cette forme rare, la personne touchée a développé une mémoire de la douleur. La structure du système nerveux s’adapte – et les cellules nerveuses finissent par devenir plus sensibles que chez un individu en bonne santé, si bien qu’elles transmettent des signaux de douleur même en présence d’un faible stimulus (voire sans stimulus du tout). Une prédisposition génétique aux céphalées de tension chroniques, qui se traduit par un risque trois fois plus élevé d’être touché par ce trouble pour les parents du premier degré, a été décrite.

Icône Point d’interrogation

Survenant pour la première fois à l’âge moyen de 28 ans, les céphalées de tension touchent toutes les classes d’âge.

Comment soulager les céphalées de tension?

Pour soulager les céphalées de tension et éviter que ces troubles deviennent chroniques, il est décisif d’instaurer le bon traitement. Pour traiter efficacement ces maux de tête, il convient en premier lieu d’envisager toutes les autres causes possibles de céphalées. Les maux de tête peuvent notamment être dus à une infection, à une hypertension artérielle ou même à la prise de médicaments. Dès que le médecin a exclu d’autres facteurs déclenchants ou maladies, le patient peut prendre des mesures contre les céphalées de tension. Cela implique généralement les initiatives suivantes:

  • apprendre des techniques de relaxation
  • faire du sport et instaurer un entraînement d’endurance (natation ou jogging, par exemple) pour dissiper les tensions
  • réduire le stress
  • s’accorder des massages
  • appliquer du chaud ou du froid (avec un coussin en noyaux de cerise ou des poches de froid instantané).

Toutes ces méthodes contribuent à soulager les céphalées de tension et peuvent même prévenir leur réapparition. La prise complémentaire d’antalgiques peut aussi être pertinente lors de douleurs aiguës. L’automédication permet le traitement de maux de tête d’intensité légère à modérée par des médicaments délivrés sans prescription médicale. Les personnes atteintes de céphalées de tension peuvent généralement avoir recours à l’automédication pour soulager leurs symptômes.

Comprimés effervescents d’Aspirine posés sur une table avec un verre d’eau

Vue d’ensemble de la gamme Aspirine®

Aspirine®, Aspirine® S, Aspirine® Complexe ou Aspirine® C? Quel est le produit le plus adapté?